Comment le Camerounais VuSur élimine les frontières commerciales entre l’Afrique et le monde


La start-up camerounaise Vu Sur s'efforce d'encourager davantage les échanges entre l'Afrique et le reste du monde, en permettant aux Africains de surmonter leurs problèmes de paiement et de livraison afin d'acheter et de vendre des biens sur des sites internation

.

Formé en juillet 2015, Vu Sur permet aux utilisateurs de faire leurs achats sur toutes les plateformes de commerce électronique étrangères, y compris Amazon et Alibaba, en effectuant des paiements via des moyens locaux et de faire livrer leurs achats à domicile.

D'autre part, cela permet également aux marchands et artisans africains de promouvoir leurs produits et offre aux utilisateurs du monde entier la possibilité d'acheter leurs produits et de les faire livrer.

Fondateur et directeur général (PDG) Alvine Choupo est né et a grandi au Cameroun, mais a quitté le pays après le lycée pour étudier en France et au Royaume-Uni. Elle a travaillé dans une banque d’investissement française pendant quatre ans et est rentrée chez elle pour devenir entrepreneure après avoir terminé son MBA.

Vu Sur a été conçue à partir de problèmes que Choupo a elle-même rencontrés lorsqu'elle vivait à l'étranger.

«Chaque fois que j'étais à la maison malade, il était très difficile pour moi d'acheter des produits fabriqués au Cameroun en ligne et de les faire livrer chez moi», a-t-elle déclaré.

«De même, lorsque j'étais chez moi pour les vacances, il me serait très difficile d'acheter un livre, une robe ou un appareil technologique sur des plates-formes étrangères et de le faire livrer à domicile. Dans les deux cas, j'ai dû faire appel à un membre de la famille ou à un ami qui voyageait et je les ai suppliés d'apporter les objets que je voulais. C’est ainsi qu’il a été constaté qu’il manquait un lien entre le Cameroun - et plus généralement l’Afrique - et le reste du monde. "

À son retour au Cameroun en 2015, elle a donc résolu le problème en construisant une plate-forme intégrant pleinement l'Afrique au marché numérique mondial et facilitant les achats ou les ventes entre le continent et le reste du monde.

«En ce qui concerne le commerce numérique mondial, l'Afrique est généralement laissée pour compte en raison de ses faiblesses en termes de paiement et de logistique», a déclaré Choupo.

Cela blesse le continent de deux manières.

«D'une part, les personnes vivant en Afrique qui souhaitent faire leurs achats sur des plateformes de commerce électronique étrangères telles qu'Alibaba, AliExpress ou Amazon ne peuvent pas le faire car elles ne disposent pas des moyens de paiement requis sur ces plateformes ou parce que ces sites ne traitent généralement pas les envois à destination de l'Afrique », a déclaré Choupo.

"D'autre part, les artisans africains qui souhaitent promouvoir et exposer leur savoir-faire au reste du monde par le biais du commerce électronique seront confrontés à des problèmes en termes de perception de paiements du reste du monde et de livraison de marchandises à ces pays."

Vu Sur a été un pionnier dans ce domaine, mais est de plus en plus confronté à la concurrence de nouveaux entrants. Choupo a déclaré que pour se différencier, il avait adopté une stratégie de plateforme regroupant différents acteurs du paiement et de la logistique. Il compte actuellement environ 10 000 clients, un nombre qu’il espère augmenter en sécurisant ses investissements.

La startup a été autofinancée pendant sa première année, avant de réunir un financement d'un homme d'affaires camerounais prospère pour l'aider à prendre son envol. M. Choupo est satisfait du niveau d’utilisation obtenu avec des dépenses de marketing limitées, ainsi que du taux de fidélisation de la clientèle de 95% de Vu Sur, mais a déclaré que la startup espérait finaliser un autre cycle de financement d’ici la fin de l’année.

«Nous avons connu une croissance organique et une grande partie de la population ne nous connaît pas encore. C’est pourquoi, après la clôture de notre tour de financement, la prochaine étape serait de lancer une vaste campagne de communication qui sensibilisera notre entreprise et nous aidera à servir de plus en plus de clients », a-t-elle déclaré.

Vu Sur a également des projets d'expansion internationale.

"Nous espérons que dans un proche avenir, nous pourrons consolider nos activités au Cameroun et envisager une expansion dans d'autres pays d'Afrique centrale et occidentale", a déclaré Choupo.

Le modèle de revenus de la startup est basé sur des commissions sur chaque transaction passée via sa plateforme. Choupo prévoit d'atteindre le seuil de rentabilité d'ici la fin de 2020.

23 Vues